Un commentaire Adidas Women's W ft Response Tech Clgrey DHIYE29W

Denis Woronoff a placé sur le site du CILAC un livre intitulé Envelopper les objets: Pour une histoire de l’emballage en France du XVIII° siècle à nos jours WeathertiteChaussures Karrimor Karrimor Karrimor De Isla Isla WeathertiteChaussures De 0n8PXNwOk. En voici la préface:

L’idée de ce livre est née d’un étonnement déjà ancien. L’histoire de l’industrie en France, au sens de la main intelligente, s’est construite sur l’étude des entreprises et des façons de produire, plus que sur des produits. Mais au fond, ces derniers n’ont pas été oubliés : en témoignent les réflexions associées d’historiens, d’économistes et de sociologues sur les normes et sur les qualités. En prenant, à rebours, le chemin de l’usine à partir de sa production, on peut espérer comprendre l’une par l’autre. Ces marchandises circulent jusqu’à leur point de vente et de consommation, qu’il s’agisse d’un marché de proximité ou de l’Outre-mer. On sait assez bien comment se boucle le cycle. Mais dans ce transport, les produits ne vont pas nus, ou toujours en vrac. Comment sont-ils protégés, présentés, autrement dit, emballés ? A leur arrivée, avant d’être proposés à la vente, sont-ils autrement arrangés ? On le devine, ces emballages, au sens de la pratique et de son résultat, ont un coût, qui intéresse l’histoire de la production et des échanges, comportent des savoir-faire, utilisent des matériaux. Ils s’exécutent dans un espace de l’atelier ou de l’usine, à la fois concret et symbolique. Ce travail est rarement signalé, encore moins valorisé, parce qu’il est de l’ordre de l’évidence. Tout juste en apprend-on davantage lorsque le métier est périlleux, comme celui des ouvrières des manufactures d’allumettes, au contact du soufre. Dernier apport de l’étude des emballages : ils expriment une vision, modeste et évidemment non formulée, du rapport à ces objets, celui qu’entretiennent les fabricants, celui que vont soutenir leurs clients. Dans une époque préoccupée jusqu’à l’obsession par l’envahissement des emballages, mais en même temps fascinés par eux, il n’est sans doute pas inutile de rappeler deux données. La question de l’emballage n’est pas née du second après – guerre. Elle a grandi avec l’économie marchande moderne, disons en France depuis le XVIIIe siècle. D’autre part, cette question ne se résume évidemment pas à sa dimension de « design ». Un sac de farine sorti d’une minoterie, un cageot de melons envoyés par un producteur du Midi ont la même dignité historique qu’un coffret à bijoux ou un carton à chapeau. L’étude en longue durée, la prise en compte de l’ensemble des emballages, dans leur banalité massive, devraient nous faire avancer. Il sera beaucoup question de denrées alimentaires. En volume comme en intérêt social, celles-ci l’emportent sur toutes autres marchandises. De nos jours encore, la question de l’enveloppe, désormais activement protectrice, de ces biens de consommation courante est le point nodal de l’emballage. Cela dit, il faut mesurer l’extrême variété des matières en cause. Il s’agit, par exemple d’outils et de tableaux, de laines, de verres, de médicaments. La métallurgie, dont on imagine que le transport des produits lourds ne suscite pas d’inquiétude, connaît des problèmes identiques. Un haut-fourneau de Franche-Comté envoie sous l’Empire des charrettes de matériel à des commerçants de la région. Il s’agit essentiellement de poêles en fonte, démontés. Que disent fréquemment les destinataires ? Cette fonte moulée, donc fragile, n’était pas protégée. La maladresse de conducteur est à l’origine de quelques dégâts. La pluie a parfois fait rouiller certaines parties insuffisamment couvertes. A l’arrivée, faute d’indications précises, des pièces ont été confondues, entre marchands, rendant le montage impossible. Les fonctions principales de l’emballage, protection, identification, sont ainsi clairement évoquées. Est-ce là un souci d’économie ancienne ? Quand les ingénieurs de la SNECMA, au Creusot, ont achevé un de ces moteurs de haute précision, ils se préoccupent avec la même application de l’emballage des pièces. Des caisses de carton avec des intercalaires accueillent ces éléments particulièrement fragiles et pour lesquels le client ne tolèrera pas la moindre rayure. Constante des schémas. Pourtant, des évolutions de grande ampleur apparaissent. Une des difficultés est la distinction longtemps pertinente entre l’emballage de transport et l’emballage, ou l’absence d’emballage, à la vente. Ainsi, sur un bateau de pêche les poissons sont rangés dans des caisses et débarqués tels quels. Ensuite, au port ou dans un commerce distant, chaque client achète son poisson qui passe de main en main. Il y a vingt ans encore il était enveloppé dans une feuille de papier-journal. Il part dans un petit sac en plastique, désormais. Dans une grande surface, le poisson aurait été surgelé et préemballé. Les pratiques évoluent. Les notions mêmes d’emballage et de conditionnement se brouillent quand un parfum est présenté en aérosol ou un plat prêt à consommer, dans sa « peau ». Des matériaux nouveaux ont radicalement modifié notre perception de l’enveloppe des marchandises. En une cinquantaine d’années, les plastiques, PVC, PET ont apporté des solutions inédites mais aussi pesé sur notre mode de consommation. Cette intrusion sans équivalent de la technique n’aurait pas eu un impact aussi profond et rapide si la révolution commerciale des années 1960, libre-service et grandes surfaces, n’avait donné le champ libre à toutes ces audaces. Jadis l’emballage dérobait à la vue, maintenant il expose, il exhibe même. Le consommateur peut se demander ce qu’il a gagné. Il a, semble-t-il, l’embarras du choix mais le conditionnement est intense. Si les gestes de Christo ont tant séduit des opinions européennes peu familières des pratiques de l’art contemporain, c’est peut-être parce qu’elles trouvaient, dans cette prise en mains de l’emballage, ce qu’il faut de reconnaissance et ce qu’il faudrait de désinvolture. Pour parler d’emballage, il convenait d’en montrer. J’ai donc construit un « beau livre », où texte continu, images et légendes s’entraidaient. Parmi les nombreux éditeurs sollicités ces dernières années, deux ont successivement retenu le projet puis s’en sont retirés. Les autres acceptaient de publier le texte continu avec une poignée d’images. Une iconographie abondante (environ 120 clichés), longuement commentée manque ainsi à l’appel. C’était trop cher, m’a-t-on dit. J’espère que ce texte, même dépouillé de ses contreparties, sera de quelque utilité pour la communauté des historiens.


Adidas Women's W ft Response Tech Clgrey DHIYE29W

Une réflexion sur « Publication: Denis Woronoff – “Envelopper les objets: pour une histoire de l’emballage en France du XVIIIe siècle à nos jours” »

  1. Précision : à la date du 25/04/2015, cet ouvrage N’EST PAS sur le site du Cilac. Il y est présenté, mais non téléchargeable.
    Par contre, il est bien publié aux Presses de Valenciennes.

    Adidas Women's W ft Response Tech Clgrey DHIYE29W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec Adidas Women's W ft Response Tech Clgrey DHIYE29W *

Structure W 19Chaussures Nike Zoom Air D92EYHIW

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.